jeudi 21 février 2019

In English: "France: lessons learned (or not) from Afghanistan" (2001-2014)



The involvement of the French army in Afghanistan is synonymous with the return of high intensity fighting in a context of an allied coalition (under United Nation Organization (UNO) command and North Atlantic Treaty Organization (NATO) command since 2003). Between 2001 and 2014, 70 000 soldiers were deployed, creating the next generation of combat proven soldiers after that of the Algerian war. Within ten years the missions devoted to the French army evolved towards more and more violent fighting. In the heart of the summer 2011, the change of strategy initiated by The French President Nicolas Sarkozy changed the nature of the French involvement in the conflict. The responsibility for counter-insurgency operations was gradually transferred to the Afghan National Army (ANA). The French left Afghanistan on the 31st December 2014 enriched with an intense and meaningful combat experience[1].


The different steps in the involvement of the French army



The involvement of the French army was built step by step, each step corresponding to a new evolution of its missions; means and doctrines. The evolution of the French army’s actions in Afghanistan went hand in hand with the International Security and Assistance Force (ISAF) strategy. From 2007, the French army became an essential actor of the international coalition. France was the fourth contributor after The USA Great Britain and Germany. From 2008, France took charge of the Surobi district and of the Kapisa province, which were strategic areas. Those two areas located North-east of Kabul were both a century long Taliban resistance zone and a major supply route for them. Little by little, France shifted from a careful attitude to a full contribution to the war against terrorism (Enduring Freedom Operation for Afghanistan or EFO-A) and to the counter –insurgency (COIN) strategy against the Taliban’s insurrection in the Region-Command (RC) East area. At the end of 2011, the responsibility for counter-insurgency operations was gradually transferred to the Afghan national army (ANA): concepts of “ANA first”, “ANA led” and finally “ANA only”. Confronted with a many faced adversary accustomed to his country, using guerilla warfare and knowing how to adapt swiftly, the French army rediscovered counter-rebellion[2] techniques and doctrine. On the other hand thanks to its adaption process, the French army also rediscovered a large part of its colonial history heritage. According to Professor Jean-Charles Jauffret: “Almost every French infantry military unit took part in the Afghanistan campaign being sent overseas between one and three times each, namely a total of a bit more than 60,000 soldiers”[3]. The young French professional army (since 1996) was given a new international stature after its contribution to that conflict. 

Timeline: The three steps of the French army and the NATO involvement in Afghanistan (2001-2012) - C. Lafaye


After 9/11 the first French naval, terrestrial and air units were sent to Afghanistan to follow article 5 of the NATO convention (self-defense). The “Heracles operation” was the name given to the French contribution to the EFO-A. After the fall of the Taliban and the Bonn agreement (5th December 2001), France joined the ISAF with the “Pamir Operation” (name given to the French contribution to ISAF). The Afghan army training (“Epidote” mission between 2002 and 2014) and its mentoring (operational mentoring and Liaison team - OMLT), were part of the French contribution to the EFO-A. Between June 2003 and December 2006, the French Special Forces contributions to EFO-A, called Task Group (TG) “Ares”, were deployed in the Kandahar province. After their withdrawal (December 2006), the French Special Forces provided instructors for the Afghan Commando school between 2007 and 2011. After the kidnapping of two French journalists and the creation of the Lafayette task force; French Special Forces went back to Afghanistan (“Jehol” unit) until the French fighting forces withdrew. They became a formidable weapon system developing an accurate fighting experience. Within twelve years, 20 000 Afghan soldiers were trained by French instructors thanks to the “Epidote” mission[4]

Timeline: The French army in Afghanistan before ISAF (2001) - C. Lafaye


Between 2002 and 2006, the French combined Battalion based in Kabul was located in two forward operation bases (“Cazeilles” and “Kersauron”). During those four years, insecurity grew steadily as the Taliban’s insurrection was reinforced in the countryside. Kabul quickly became an unsafe zone and therefore the French army was given as a mission to secure the city and its surroundings, while still focusing on Kabul airport, the North of the city, the police districts 11 and 15 as well as the Chamali plain[5]. At the time, French politicians did not allow the French army to join full combat around Kabul to focus on a stabilization mission. Besides, before the troops were deployed the combined combat training in France was not particularly emphasized. In the early years of the French involvement in the Afghan conflict, some observers saw the triumph of the French touch, some kind of glorified legacy of the colonial age know how, when considering the relative safety of their area of responsibility. It was an illusion. The French army fought very difficult battles from its Surobi and Kapisa bases. Until then, the troops sent to Kabul had been assigned to different missions. The years 2006 and 2007 were a real turning point in the French involvement in the country. In the summer 2006, the Region Command-Capital (RC-C) under NATO command, was created. The Surobi district was integrated to that new territorial division as Coalition Joint Operational Area (CJOA). Each nation in charge of the coalition command, had to send a combined unit to the Tora forward operation base situated in Surobi, so as to control this gate to Kabul. As a consequence, the French men in command of the combined battalion wondered whether it would appropriate to rapidly change the style of action undertaken (reversibility[6]). Did the level of their equipment and their training enable them to lead high intensity fighting against Taliban? An answer is clearly given by President Jacques Chirac in October 2006, when he refused to send reinforcements to give a hand to the Canadian troops trapped in the Helmand province. 

In spring 2007, French soldiers took part in the creation of the first OMLT unit. Mentors accompanied their Afghan Kandak in mission to put a final touch to their combat training and to provide them with close support. In the meanwhile French participation to war took a different form. Indeed, once Nicolas Sarkozy was elected in May 2007 France shifted from a careful stance to a full involvement in the war against Taliban and joined counter-insurgency efforts. During 2008 and 2009, the doctrinal adaptation process in order to address the issue of guerilla warfare accelerated. Nicolas Sarkozy, during the Bucharest summit (3rd and 4th April 2008), announced the deployment of a new combined battalion (700 soldiers) in Kapisa for the summer 2008. The French “caveat” was cancelled, while at the same time reactive adaptation was launched. It aimed at modernizing French soldier’s equipment. The deadly ambush in Uzbin on the 18th August 2008[7], acted as a prompter of the French army mutation (with an increase in the number of jammers, with an improved individual protection for fighters etc.). Training before being deployed was increased from four to six months and deals more efficiently with counter Improvised Explosive Device (IED) process. In January 2009 a counter-rebellion doctrine was published by the army centre for force employment doctrine. This document underscored the basics of counter rebellion fighting. Since that moment, the military commanders in chief in charge of French military troops in Kapisa and Surobi launched a series of tactical experiments. In order to separate the local population from the Taliban, French colonels tried several different tactics such as “Cloche à fromage” with Colonel Nicolas le Nen, “counter-reaction” with Colonel Chanson and with the “Mikado theory” with Colonel Benoit Durieux. All these tactics announced in a way the first campaign plan of the Lafayette brigade created on the 1st November 2009. 

Timeline: The Lafayette combined brigade (2009-2012) - C.Lafaye


As the complete French military troops were gathered in Kapisa and Surobi, the 5th phase of the French Army commitment in Afghanistan, called “from counter-insurgency phase to retreat (2009 to 2012)” started. The tactical situation became more complex in the field after two French journalists were captured on the 30th December 2009. They were kept prisoners down in the Alasay valley and their presence there prevented the French army from engaging in combat operations in the Taliban sanctuary zone. The imprisonment of the hostages, who were only released on the 29th June 2011, enabled Taliban fighters to ask for truces to negotiate, or to resume the fighting in their own terms. The major effect of the French brigade first campaign plan was focused on “win hearts and mind” of the population. Forward operational bases spread gradually over the area under French command in order to control and pacify the territory. The French military engineers worked very efficiently and successfully in the context of the “Synapse” operation (from the 1st to the 7th March 2010) so as to build a Combat Outpost on the 46th parallel in the Gwan valley. The “promising star” operation (from the 26th September to the 5th October 2010) enabled the French to establish a new advance outpost, the Sherkel COP, aiming at controlling the main supply road “Vermont” facing the entrance to the Bédraou valley. The NATO conference in Lisbon on the 20th November 2010 marked a clear and strategic turning point. As a matter of fact, when the Western forces set the deadline for the troops’ withdrawal for the end of 2014, they as good as gave the rebels a timetable. It unofficially spelled the end for counter-insurgency operations and little by little the goals of the campaign plan for the Lafayette Brigade changed. The new objective then became the weakening of the insurgency forces, so that the ANA could then take command of the remaining operations. Main supplies road had to stay open too. 

The next two commitments of French troops turned out to be much more aggressive. The nomadic strategy launched by Colonel Bruno Héluin in the winter 2010-2011 in order to break the Jangali stranglehold was a real success. From December 2010, the French troops embarked on long term operations. The French soldiers set up camp on the spot, in local houses, cordoned off vast areas and conducted systematic search. The results were more than encouraging: weapon and ammunition caches which were vital for the Taliban were found one by one. The Taliban at that point asked for a much needed truce on their part to negotiate the release of the two French journalists who had been kidnapped on the 30th December 2009 in Kapisa. That truce also gave them the opportunity to reorganize. The “Storm Lightning” operation which coincided with renewed fighting enabled to secure the main supply road “Vermont” for a time and to break the stranglehold of Jangali much to the delight of their American allies. In the meantime, the French troops went on criss-crossing the area between the Kapisa and the Surobi regions, creating new combat outposts and observation posts included in the green zone[8]. The fourth commitments of Lafayette Brigade troops corresponded to the political and military disruption concerning the nature of the battles the army had to wage in Afghanistan[9]. In order to keep the positions won during the winter campaign, heavy fighting was necessary and the whole situation was made even harder since the American troops had then left the Kunar area. Within three months the Raptor battle group recorded a toll of 8 dead soldiers and 30 injured men. As for the “Quinze deux” battle group they suffered four fatalities. After a first operational break during the summer, the operations resumed and ended in September with the death of Lieutenant Valéry Tholy of the 17th Engineers parachute battalion. After that the French would never operate down the valleys again. The ANA was then given sole charge of the fighting, a first step before the French withdrawal. The election of François Hollande as France’s new president speeded up this process which had been endorsed during the Chicago summit on the 18th May 2012. The Lafayette Brigade was disbanded on the 25th November 2012 once the responsibility for the Surobi and the Kapisa areas had been transferred to the Afghan forces[10]. The last phase consisted in the logistics transfer which was both complex and risky and which completed the final French withdrawal (2012-2014). 

French strategies in Afghanistan


From a strategic point of view the three French presidents personified three very different attitudes. Jacques Chirac (2001-2007) was in favour of sending few troops in the field, relying on Special Forces to fulfil his involvement as the ally of the US in Afghanistan. President Sarkozy (2007-2012), supported by General Jean Louis Georgelin, army chief of staff (between 2006 and 2010), opted for an increase in the number of soldiers in the field (up to 4000 in 2011). Moreover he decided to concentrate the military assets in the Surobi district and the Kapisa province. After the battle of Mobayan, on the 7th September 2011 during which Lieutenant Valéry Tholy was killed, French troops remained stationed in their FOB. After the shooting incidents of “Green on Blue” during the winter 2011-2012[11], Nicolas Sarkozy decided to speed up the withdrawal of the French troops. President Hollande (2012-2014) gave as a deadline the 31st December 2012 for the fighting French troops to go home and the 31st December 2014 for the departure of the last French soldiers from Kabul. 

Why did France decide to intensify its involvement in Afghanistan in 2007? The major political and diplomatic goal was in fact to make sure France would keep its influence in the world as a member of the UN Security Council. Keeping its defense capabilities seemed absolutely essential (it was out of the question to be subjugated as General Georgelin told us)[12]. According to President Sarkozy, it required to play a more important part within NATO. It also meant paying the blood money together with the French allies in Afghanistan. Whatever the battle plans are with their own aims designed to win (or not to lose), they have to yield before the political choices which pursue other objectives, other priorities, other goals. Any moment, the national policy can impose its choices and change the battle plans. This issue was worsened by the fact that the Taliban used a strategy consisting in making an impression on Western public opinions in order to force the foreign forces to withdraw. This weak spot was particularly well identified by the French’s opponents. When the Taliban hit France hard on the eve of the French national day on the 13th July 2011, they managed to deal a tremendous blow to the French resolve. Not, of course, the resolve of the troops in the field but the resolve of the politicians who happened to have another agenda. The French withdrawal also questioned the coalition’s global strategy and its ability to lean on realistic, concrete political goals which need to be limited in time. Adding up tactical successes is not synonymous with complete victory. The French army did not win in Algeria with its counter-subversive[13] strategy. Neither did the new counter-insurrection process in 2007 enable France to enjoy an overwhelming victory in Afghanistan. That conflict emphasized the helplessness of modern democracies when confronted with irregular warfare in the 21st Century. The lessons are yet to be learnt. 



The transformation of the French army


The French army’s involvement in Afghanistan was accompanied by a deep transformation of its capacities. At that time, this army was a young professional one. The French army improved its performances in Afghanistan, in terms of: leading a counter-insurgency strategy, making quick doctrinal adaptation process, adopting appropriate organization in the battlefield in combined joint coalition, facing fire experience, maintenance (soldiers, materials), fast procurement process for new equipments (like Mine Resistance Ambush Protected (MRAP) vehicles (MRAP) “Aravis” or “Buffalo”), training and mentoring foreign national army (operational instruction detachment (OID) concept), counter-IED process, combat first aid, shooting combat training, training process in general, individual and collective physical preparedness for a challenging military operation and a “way back home” process for soldiers (called in French “main air locked” in Paphos in Cyprus). The French army equipment was renewed and extensively proven under combat conditions. We can take as examples: individual equipment of the soldiers (helmets, elbow supports, knee braces, bulletproof vests, combat kits, digital transmissions, the French digital combat system integrated with soldier called the “FELIN” system, tested for the first time in operational condition in 2012), the new French air force and naval air force combat aircraft (Dassaut “Rafale” and “Rafale Marine” update for the navy), the deployment of the French carrier battle group (“Charles de Gaulle” carrier), an artillery of precision (CAESAR system), the French helicopter gunship “Tiger”, mechanized infantry combat vehicle with operated turret with two 30mm cannons (French VBCI), different sorts of unarmed drones, MRAP vehicles, an entire Road Clearance Package (RCP) unit, search unit etc. The French army had no longer participated in such a large allied military operation since the Gulf War (1990-1991). The French army was undergoing drastic change in Afghanistan. A Fast procurement process for new equipments allowed the French army to fill its capacity gaps. Every year between 2008 and 2012, a budget of 580 million Euros was dedicated to this, at the risk of creating micro-parks of equipment difficult to maintain in complete operational condition. The French army had shown its value to its allies. The French army, faced with a combative, unpredictable and determined adversary, rediscovered the culture and the fundamentals of the art of combat. Psychological Operations (PSYOPS) were back in the French army doctrine. Colonel Roger Trinquier had practiced this kind of “win hearts and mind” theory, well known as a part of the French counter-subversive strategy, during the Algerian war[14]. On the terrain, the balance of this doctrine was mixed. The competition between two radio stations supported by the French army illustrated this impasse (“Surobi radio” versus “OMID radio”). The first one sought to “free hearts and minds” by broadcasting poems and newscast written by local villagers and the other only broadcast the French brigade’s messages. The impact of these two radios on people’s perceptions was limited. The French commitment in Afghanistan promoted allied combined joint cooperation from the top to the bottom (from general to lieutenant). It was an asset for the next commitment in Sahel. 

“Train as you fight and fight as you train”: a good option for the French army in a situation of counter-insurgency?


After the deadly ambush in Uzbin on the 18th August 2008, the French army set up a six-month training cycle for troops intended to go to Afghanistan, called in French “MCP” (mise en condition avant projection – in English “training before commitment’). The main objective was to streamline, systematize and harden this training. Soldiers spent one entire year dedicated to training for and fighting in Afghanistan. It was very difficult for families too. This training consisted in two stages: a two-month individual training phase and a three-month collective training phase. The most important and useful exercises included in this training were: survivability in combat, joint counter-IED process, shooting combat training, operational English language, individual physical condition, improving attitudes and coordination in combat situation. In 2009, the French army had created a special unit for training: the operational instruction detachment attached the 1st Régiment de Chasseurs d’Afrique (RCA)[15] in Canjuers. They specifically bought an entire forward operation base for instruction use. Soldiers lived and behaved as if they were in Afghanistan. This idea matched perfectly the famous saying: “Train as your fight, fight as your train”. The evaluation team included soldiers who had recently returned from Afghanistan. They shared the lessons they had learned there with the other soldiers preparing for commitment. The French army organized a training validation to confirm that each unit was qualified to perform their specific tasks in Afghanistan. Once they had arrived, the French army unit had to perform an ISAF validation course and a counter-IED trail. 

During the training in France, the focus was on high intensity fighting. The Commander in chief of the combined battalion had a lot of fire power in his own hands, provided by jets, tanks, artillery, missiles, drones, combat helicopters, machine guns, mortars etc. Naturally, he was tempted to use this firepower when troops were in contact with the Taliban. In counter-insurgency situations, this was not always the appropriate option. Winning the hearts and minds of the population required not to kill them or not to destroy their goods or cultivated fields. The French soldiers were ready for high intensity fighting but not necessarily for complex counter-insurgency operations. The devil is in the details. The French colonel (now General) Benoit Durieux faced the incomprehension of his legionnaires when he chose once or twice to avoid fighting with the Taliban to gain the support of the population of Surobi in 2009. They were training for high intensity fighting and they wanted to do so. In late November 2010, this gap was reduced when the road map of the Lafayette brigade changed. Since then, looking for and destroying the Taliban then keeping the main supply road ‘highways 7” open, had been the French army's main goals. 

During its commitment in Afghanistan, the French army deployed its most modern equipment to the detriment of the remaining units. In France, a quick reaction force (called “Cheetah alert”), which was ready to respond to international crises, had to do with used equipments. It was not possible to train on modern equipment either. We were in a situation marked by the shortage of night scopes, machine guns (Mini-mi 7,62 mm, HK-417, Infantry FAMAS etc.), modern bulletproof vest or modern armored combat vehicles. Each brigade in France was forced to give their own allocation of modern equipment for the benefit of the Lafayette Brigade in Afghanistan. In January 2013, during the “Serval operation”, the French army started the war against terrorists in Mali with old equipment. Fortunately, the French army was particularly effective and aggressive. Step by step, units were equipped with modern weapons as the withdrawal from Afghanistan continued. 


The return of the counter-guerilla warfare in French doctrines


French commanders in chief rediscovered the importance of surprise to take the initiative when facing an enemy, who belonged to the population, and knew the terrain perfectly. The Taliban used hugging tactics perfectly well to neutralize close air support opportunities which potentially caused heavy losses to the population. That’s why movement and fire power were essentials to defeat an opponent perfectly accustomed to infantry combat. Fire discipline, which is acquired through long training and experience of combat, was an important key for success. Any effective targeted strike required positive identification of the enemy while he was firing. Massive retaliation would only cause high human toll. The action of the 2nd Foreign Legion Parachute battalion was exemplary in Afghanistan (Task Force Altor – 2010). The nature of combat also pointed out the importance of heavy weapons in infantry units and in combat support units to face counter-guerilla warfare (missile MILAN and Javelin, 89 mm anti tank rocket, mechanized infantry combat vehicle with its 30mm cannon, wheeled tank AMX 10-RC with its 105 mm cannon etc.).The French soldiers had to deal with stress. When the troops were in contact, the battle could last many hours. In contrast to the Indochina or Algerian Wars, the night belonged to the French soldiers not the Taliban. This benefit came from soldiers' night vision scope and observation skills delivered by captive balloon (PGSS). The French soldiers tracked Taliban logistic movement with multiple cameras. The Taliban were avoiding night combat because they could not take advantage of their surveillance system based on the local population. Mountain troops were also important because of the geography of the country and the seasonality of the fighting (very cold winters and very hot summers). Helicopters once again proved their importance in counter-guerrilla warfare. But the French resources were no longer those of the Algerian war. The French helicopter battalion spent 7 % of its operational flight time for airmobile operation, 49 % of this time for tactical transport and 30 % for VIP transport[16]. To plan major operation, the Lafayette brigade had to request support from coalition heavy helicopters (CH-47 “Chinook”). 

The French army in Afghanistan: a military operation marked by strong political constraints


President Nicolas Sarkozy limited the French troops' commitment to 3,500 men in 2008, without distinguishing between combat personnel and support. In 2011, the total number of military personnel reached 4,421. This political limit weighed heavily upon the conduct of French military operations. It caused a lot of tiredness and could put the soldiers at risk. It was sometimes even difficult to find sufficient staff to carry out operations. The French brigade was producing its main action in specific areas, while the rest remained in the hands of the Taliban. Global action was impossible. With the building of combat outpost all along the main supply road “Highway 7”, many soldiers were posted to watch “the green zone”. The French brigade lost its tactical maneuver capability. During the summer of 2011, the US Army provided a Road Clearance Package (RCP) unit to the French battle group “Raptor”, for a few months, to ensure roads were not trapped by IED. Finally, six-month commitments were insufficient to conduct effective counter-insurgency operations. It was difficult to connect with people and to build trust. French soldiers were seen as occupation troops that were waging war to villages. We can say that General Jean-Louis Georgelin, joint chief of staff between 2006 and 2010, won his bet. After the Afghanistan commitment, the French Army was no longer a vassal army in the NATO organization. The French Army was able to conduct complex operations alone including first entry in conflict zones. The price to pay for the French army was important: 89 dead, 700 wounded and many soldiers with post traumatic stress disorder (PTSD). 

The French army involvement uncertain heritage


Since 2014, many war veterans have left the French army. For example, in a French engineers company deployed in Surobi in 2011, only 15 % of veterans left in the unit less than one year later. Micro-parks of equipment are also difficult to maintain in complete operational condition. The French Army Road Clearence Package is losing some important vehicle like Buffalo truck or MRAP “Aravis”, for example. Spare parts are missing to repair Buffalo truck. They are no longer available on the US supply chain. That’s why French army must once again renew its combat equipment. Meanwhile, the French soldiers have less time to train. They are involving in intense foreign deployments and homeland security missions. Combined combat trainings are difficult to plan. As a conclusion, we can say that main benefits from this war were reaped in Mali during the “Serval operation” (January 2013). The French Army took on a new stature with Afghanistan involvement amongst its allies. But the future remains uncertain. 


Dr. Christophe Lafaye


Select bibliography (in French)

Books

Douady Y (sergent), D’une guerre à l’autre. De la Côte d’Ivoire à l’Afghanistan avec le 2e RIMA, Paris, Nimrod, 2012, 380 p.

Ferraro A., Trahison sanglante en Afghanistan: 20 janvier 2012, massacre de militaires français à Gwan, Paris, Publibook, 2015, 452 p.

Haberey G (Colonel), Combats asymétriques en Afghanistan, Paris, Nuvis, 200 p.

Jauffret JC, La guerre inachevée. Afghanistan 2001-2013, Paris, Autrement, 2013, 345 p

Larouziere-Montlosier G (de), Journal de Kaboul, Paris, Bleu Autour, 2009, 202 p

Lafaye C., L’armée française en Afghanistan : le génie au combat (2001-2012), Paris, CNRS éditions / ministère de la Défense, 19 mai 2016, 502 p

Senetaire R (Colonel), Les aigles dans la vallée, Paris, Editions Mélibée, 2013, 252 p

Trinquier R. (Colonel), La Guerre moderne, Paris, Economica, 2009 (réed.)

Books Chapters

Lafaye C., «Des montagnes de Surobi à la salle d’honneur du 19e régiment du génie. Construction et transmission de la mémoire de l’engagement français en Afghanistan», WALTER Jacques et FLEURY Béatrice (sous Dir.), Vies d'objets, souvenirs de guerre, Metz, Editions universitaires de Lorraine, décembre 2015, p 199-215.

Lafaye C., « Le génie au combat en Afghanistan. La formation des troupes afghanes. Exemple des missions ELMO appuis ». BRUYERE-OSTELLS Walter et DUMASY François (sous dir.), Pratiques militaires et globalisation aux XIXe et XXe siècles, Aix-en-Provence, mars 2014, Ed. Bernard Giovanangeli, p 113-127.

Articles

Lafaye C., « L’armée française en Afghanistan (2001-2012) : la collecte de l’expérience combattante au service de l’histoire des opérations militaires », Inflexions, Paris, octobre 2017, p 203-212.

Lafaye C., « L'armée française en Afghanistan: le génie et la contre-insurrection du XXIe siècle », Revue Historique des Armées, n°284, Paris, octobre 2016, p 64-74

Lafaye C., « Le génie dans la guerre en montagne. Le 2e REG en Afghanistan », DSI, hors série n°46, février-mars 2016, p 38-42.

Lafaye C., « La campagne d'été 2011 de l'armée française en Afghanistan. Regards de combattants (le BG Quinze-deux 2ème partie) », Les Cahiers d'Histoire Immédiate, n°47, Toulouse, 2015

Lafaye C., « La campagne d'été 2011 de l'armée française en Afghanistan. Regards de combattants (le BG Raptor - 1ère partie) », Les Cahiers d'Histoire Immédiate, n°46, Toulouse, 2014.

Lafaye C., « L’adaptation du génie à la lutte contre-guérilla. De l’Indochine à l’Afghanistan : le génie face aux EEI », DSI, hors série n°36, juin-juillet 2014.

Lafaye C., «L’emploi de l’arme du génie en contre-insurrection : la fouille opérationnelle en Afghanistan». Revue Historique des Armées, n°3/2012, Paris, septembre 2012.

Academic Work

Lafaye C., Le génie en Afghanistan (2001-2012). Adaptation d’une arme en situation de contre-insurrection. Hommes, matériel, emploi, Thèse de doctorat en histoire réalisé sous la direction du LCL Rémy Porte, Université Aix-Marseille, soutenue le 19 janvier 2014.


Quotes 

[1]. Sources: LAFAYE C., L’armée française en Afghanistan. Le génie au combat, Paris, CNRS éditions, 2016, 512 p and avril 2017, 184 p. FORT 0. (Colonel), Afghanistan : les enseignements de l’opération Pamir (2001-2014), Paris, Cahier du RETEX, avril 2017, 184 p.


[2]. “A generic security course of action which consists in neutralizing an organization resorting armed violence either under the form of guerilla warfare or militarized terrorism in urban areas. Such goal is achieved either by limiting the organization freedom of maneuver by denying or confining effects or by destroying it through reduction and disintegration effects. This kind of fight, which can be of varying degrees of intensity, depends on political option favored and the relative combat power in the field”. EMP 60.641, Glossary of Military Terms, Acronyms and Symbols; Paris, 2013, p 167-168.


[3]. Jauffret JC, La guerre inachevée. Afghanistan 2001-2013, Paris, Autrement, 2013, p 205.


[4]. Lafaye C., « Le génie au combat en Afghanistan. La formation des troupes afghanes. Exemple des missions ELMO appuis ». BRUYERE-OSTELLS Walter et DUMASY François (sous dir.), Pratiques militaires et globalisation aux XIXe et XXe siècles, Aix-en-Provence, mars 2014, Ed. Bernard Giovanangeli, p 113-127.


[5]. Larouziere-Montlosier G (de), Journal de Kaboul, Paris, Bleu Autour, 2009, 202 p


[6]. “Ability to rapidly change the style of action undertaken, depending on the overall attitude of the opponent, especially in order to keep an operation at the lowest possible level of intensity”, EMP 60.641, Glossary of Military Terms, Op. Cit., p 433.


[7]. Ten soldiers were killed by the Taliban during this ambush.


[8]. Douady Y (Sergent), D’une guerre à l’autre. De la Côte d’Ivoire à l’Afghanistan avec le 2e RIMA, Paris, Nimrod, 2012, 380 p.


[9]. Senetaire R (Colonel), Les aigles dans la vallée, Paris, Editions Mélibée, 2013, 252 p


[10] Haberey G (Colonel), Combats asymétriques en Afghanistan, Paris, Nuvis, 200 p.


[11]. Ferraro A., Trahison sanglante en Afghanistan: 20 janvier 2012, massacre de militaires français à Gwan, Paris, Publibook, 2015, 452 p.


[12]. Interview with General Jean-Louis Georgelin in Paris (July 2012).


[13]. « Action designed to detect and counteract subversion”, EMP 60.641, Glossary of Military Terms, Op. Cit., p 168.


[14]. Trinquier R. (Colonel), La Guerre moderne, Paris, Economica, 2009 (réed.)


[15]. 1st African armored infantry regiment.


[16]. Fort 0. (colonel), Afghanistan : les enseignements de l’opération Pamir, Op. Cit., p 107.

lundi 18 février 2019

Séminaire d'histoire militaire Jean Delmas (Paris)

Le séminaire d'histoire militaire général Jean Delmas, organisé par la Commission Française d'Histoire Militaire (CFHM) et la Délégation du Patrimoine de l'Armée de Terre (DELPAT), se tient chaque mois aux Invalides, à Paris. De niveau master 2, il vise à faire connaître les plus récentes évolutions de l'histoire militaire tout en réévaluant, sur le plan historiographique et épistémologique, l'apport des générations passées. Ce séminaire offre un cadre de réflexion et d'échanges principalement destiné aux étudiant(e)s intéressés par les questions de défense. Il est un espace privilégié d'échanges entre militaires et civils ; témoins, acteurs et historiens ; universitaires et simples passionnés d'histoire.

Le programme pour l'année 2019 :


Le premier cycle de ce séminaire s'ouvrira le 22 janvier 2019 par une séance inaugurale assurée par le lieutenant-colonel Gué, professeur d'histoire militaire à l'École de Guerre-Terre (CDEC), intitulée « l'histoire militaire, pour quoi faire ? ». Les 5 séances qui suivront porteront sur les sujets suivants :

26 février 2019
Commandant Yvan Cadeau (officier historien, SHD/DRH), « Écrire la biographie d'un grand chef : l'exemple du maréchal de Lattre » ;

26 mars 2019 
Lieutenant-colonel Philippe Guyot (conservateur du musée de Artillerie à Draguignan), « Étude comparée du système d'artillerie Gribeauval et du canon de 75 » ;

30 avril 2019
Capitaine Jean-Baptiste Pétrequin (officier historien, CIRFA-Terre de Paris), « Le char Renault FT et la construction du mythe du char de la Victoire » ;

28 mai 2019
Lieutenant-colonel Jean Bourcart (officier historien, SHD/DHS/DREE), « L'approche prosopographique appliquée à l'étude d'un réseau de la Résistance » ; 

25 juin 2019
Lieutenant Christophe Lafaye (officier référent histoire orale de la DELPAT), « Les sources orales et le recueil des expériences combattantes dans le contexte des OPEX ».


Le séminaire se déroule à l'hôtel national des Invalides (Salle Gouraud, entrée B, 2e étage). La réservation est obligatoire (ici)

Pour plus d'informations, l'annonce sur Calenda (ici)

vendredi 8 février 2019

A ne pas manquer ! Le prochain numéro du magazine "Opérations Spéciales" (Mars-avril 2019)


A ne pas manquer, la parution du numéro de mars-avril 2019 du magazine "Opérations Spéciales". Dans ce numéro 36, vous trouverez de nombreux articles intéressants dont un reportage de six pages sur la 13e compagnie de contre-minage du 13e régiment du génie, de son origine à son déploiement actuel au Sahel en passant par l'Afghanistan.

La section d'ouverture d'itinéraire piégé du 13e RG en BSS (crédit: 13e RG)


Vous pourrez aussi découvrir un entretien avec Masha Cerovic pour la sortie de son ouvrage primé au festival du livre d'histoire de Blois: Les enfants de Staline. La guerre des partisans soviétiques (1941-1944) (Paris, le Seuil, 2018, 384 p).


Partisans soviétiques (1944) (libre de droit)


Nous reviendrons plus en détail sur les conditions de réalisation de la recherche doctorale de Masha Cerovic dans un prochain billet de ce blog.

En attendant, n'hésitez pas à découvrir le magazine "Opérations Spéciales" et à partager ce post !


jeudi 7 février 2019

Actes vidéos - colloque sur l'Arme du Génie au Service historique de la défense (25 janvier 2016)




Le blog "Expérience(s) combattante(s)" revient en images sur le colloque qui s'est tenu le 25 janvier 2016 au Service Historique de la Défense (SHD) sur le thème du "Génie militaire: mobilité et contre-mobilité". Organisé conjointement avec M. Thierry Widemann, ce colloque fut filmé et enregistré par mes soins avec l'accord des participants. Il manque ici l'intervention du commandant Romain Choron sur les sections de grottes du génie en Algérie, que le SHD n'avait pas souhaité mettre en ligne. Ce colloque a donné lieu à la parution d'un numéro spécial de la Revue Historique des Armées (RHA), reprenant l'ensemble des contributions écrites (n°284 - 3e trimestre 2016). Ce fut une belle aventure dans la suite du prix d'histoire militaire 2014 et avant la parution de ma thèse chez CNRS éditions en mai 2016.


Si vous n'avez pas pu assister à cette journée, n'hésitez pas à vous plonger dans le visionnage de ces vidéos fort instructives !


Le programme


Mot de bienvenue de Henri Zuber, conservateur général du patrimoine, adjoint du chef du SHD 




Introduction du colloque du lundi 25 janvier 2016 par Christophe Lafaye (docteur en histoire)






Communication de Xavier Lapray (professeur agrégé et docteur en histoire): le génie de l'armée romaine 






Communication du Pr. Hervé Drévillon (Université de Paris 1): Le génie ou la révolution du mouvement (Fin du XVIIIe siècle)





Communication du général (2S) Jacques Defretin (docteur en histoire) : Le génie « levain » de la victoire de Verdun (1916)






Communication du Commandant Ivan Cadeau (docteur en histoire, SHD) : Un exemple d’adaptation réussie : l’arme du génie pendant la guerre d’Indochine (1946-1954)








Communication du Général (2S) Jacques Manet : Le génie de la guerre du Golfe. La rupture stratégique de la fin de la guerre froide (1990-1991)




Communication de Christophe Lafaye : Le génie en Afghanistan (2001-2012). La lutte contre les engins explosifs improvisés






Conclusion générale  par le Lieutenant-colonel Rémy Porte (Docteur HDR en histoire, « Officier référent histoire » pour l’armée de Terre)






Image et son: Christophe Lafaye et PS
Musique: avec l'aimable autorisation de Thomseeds
Post Production et montage: Christophe Lafaye
Copyright: SHD 2016

mercredi 6 février 2019

Devenir « entrepreneur de recherche » dans le domaine de l’histoire immédiate : une école de la persévérance et de la ténacité



Itinéraire de recherche / billet n°1



     L’objectif de la série de billets portant sur mon itinéraire de recherche est de partager les conditions de réalisation de mon doctorat en histoire immédiate sur l’engagement de l’armée française en Afghanistan (2001-2012). Durant ces trois années, j’ai rédigé de cahiers d’enquête de terrain dont les extraits vont, entre autres, illustrer mon propos. De nombreuses thématiques seront abordées. J’espère que ce partage d’expérience vous sera utile. Bonne lecture !


     Au départ de toutes les belles histoires, il y a souvent de belles rencontres. L’idée de réaliser une thèse en histoire a lentement germée dans mon esprit suite à un diner avec le professeur François Burgat à la Saline Royale d’Arc-et-Senans (2008), puis lors d’une discussion avec l’adjudant François S. du 19e régiment du génie (2009). A l’époque, je suis attaché territorial et je ne m’épanouis plus dans mon poste. J’avais vainement essayé de poursuivre une thèse dans le domaine des politiques culturelles entre 2006 et 2009. Cette première tentative, soldée par un échec, se révélera assez formatrice. J’avais de nouveau envie d’ «histoire » et ces rencontres agissaient comme un catalyseur. J’avais conservé la carte de visite du Professeur Jean-Charles Jauffret de l’IEP d’Aix-en-Provence, comme une relique précieuse de notre rencontre en 2000. Jamais je n’aurais cru qu’elle pût m’être si précieuse une décennie plus tard.  La construction de mon projet m’a d’emblé placé dans une posture d’entrepreneur de recherche. Ce premier billet retrace la genèse, le déroulement et la concrétisation de ma recherche doctorale en histoire. Je suis alors un étudiant sans financement et en reprise d’étude. Comment faire pour concrétiser cette envie et la rendre viable ? Quels enseignements en tirer ? Avec cette réflexion sur la notion "d'entrepreneur de recherche" développée entre 2015 et 2016, j'ai essayé d'objectiver cette expérience.

Agir comme un "entrepreneur de recherche"


     Dans ce cadre, le chercheur est celui qui définit son projet, trouve son attache scientifique, délimite et ouvre son terrain, élabore une stratégie de financement et réalise son travail dans une perspective constante de valorisation de ses résultats par le biais des publications et d’un véritable plan de communication (à destination des partenaires, du milieu académique national et international puis du grand public). Cette posture s’inscrit dans la logique de « conduite de projet », telle qu’elle est développée, entre autres, depuis de nombreuses années dans le secteur culturel en France. Elle autorise une autonomie maximale du chercheur à condition qu’il puisse bénéficier d’un ancrage solide dans son terrain d’étude, d’un accompagnement scientifique sérieux, d’une connaissance préalable de son terrain et de ressources financières suffisantes. L’apprenti chercheur ne doit pas se lancer sans atouts et surtout sans réflexions préalables. La démarche de «l’entrepreneur de recherche » s’articule autour de trois temps : « faire » ou comment réussir son insertion sur le terrain, « savoir-faire » ou comment mener à bien sa recherche et « faire savoir » ou comment valoriser et promouvoir ses travaux dans une optique d’insertion professionnelle. L’existence d’une pratique professionnelle ou d’une expérience de vie permettent alors au chercheur de sortir des sentiers battus académiques en mobilisant des acquis antérieurs. Au delà d’une simple stratégie de conduite de projet, la démarche« d’entrepreneur de recherche » invite à réfléchir sur les évolutions possibles du doctorat, sur les ponts réellement existants entre le monde de la recherche et les entreprises (privées ou publiques) et sur l’insertion professionnelle des chercheurs (diversité des recrutements au sein des universités).

  1. "Faire" : l’insertion sur le terrain de recherche


     L’entrepreneur de recherche doit répondre à quatre questions permettant de bien cerner les limites de son projet. La première touche bien évidemment à la définition même du sujet. Cet objet est fondamental pour appréhender les spécificités du milieu que l’on souhaite investir, mais aussi déterminer le choix de l’université en mesure de fournir un encadrement scientifique adéquat. La deuxième question concerne le choix du laboratoire de rattachement, en tenant compte de ses affiliations institutionnelles, puis du directeur de thèse. Ils ont une importance particulière pour l’insertion professionnelle ultérieure. La troisième question est celle de la définition d’une stratégie de conduite de projet. A partir de la définition du sujet, de son encadrement scientifique, comment accéder à des ressources financières suffisantes pour mener à bien les travaux ? Quels moyens sont mobilisables pour ouvrir l’accès aux terrains d’enquête ? Comment inscrire tout cela dans un calendrier cohérent permettant de mener à bien le doctorat en fonction de contraintes parfois lourdes ? La quatrième question, qui doit être anticipée dès cette phase de préparation initiale, est celle de l’insertion professionnelle. Quelles sont les opportunités de carrières possibles en fin de doctorat ? Quels atouts permettent de postuler dans les meilleures conditions ? L’entrepreneur de recherche doit anticiper une stratégie de promotion de ses travaux en ciblant, par exemple, des revues à forte valeur ajoutée où il s’avèrerait indispensable de publier ou des prix de thèse qui lui permettraient de trouver plus facilement des partenaires pour l’édition. Il est impératif d’investir l’espace médiatique pour faire connaître ses travaux sans que cela puisse nuire à leur réception par l’université. J’ai appliqué de manière empirique ces questionnements à l’élaboration première de mes travaux.



Schéma de synthèse du projet de recherche (crédit: auteur)



Savoir tirer parti de ses expériences antérieures et de son milieu proche

     Le choix de notre sujet de thèse sur le génie en Afghanistan répond à la fois à un intérêt pour l’histoire militaire et l’adaptation de l’armée française à la lutte contre-guérilla. Ayant débuté mon parcours d’apprenti chercheur par un mémoire de master sur le IIIe bataillon de la 13e Demi Brigade de la Légion Etrangère (DBLE)[1] à Dien Bien Phu (1953-1954) puis un master II sur l’histoire du 5e Régiment Etranger d’Infanterie (REI)[2], le retour du terme de « contre insurrection » pique ma curiosité. La lutte contre-guérilla occupe une place importante dans l’histoire coloniale et dans les conflits de décolonisation en particulier. Je suis frappé par l’importance du génie sur le terrain, arme par essence « politique » et « militaire », qui contraste avec le peu d’études qui lui sont consacrées[3]. Dans le même temps, l’embuscade d’Uzbin (le 18 août 2008) fait prendre conscience aux citoyens français que leur pays mène une « guerre sans nom » en Afghanistan. La nécessité s’impose à moi de construire un projet de recherche pour mieux comprendre l’histoire, la nature et l’évolution de l’engagement militaire français en prenant comme fil conducteur l’arme du génie. Partant du principe que « les terrains ne sont pas faciles ou difficiles dans l’absolu mais en relation avec le statut social de l’enquêteur »[4], j’ai puisé dans notre expérience personnelle les éléments pouvant faciliter la réalisation de notre recherche à la fois dans le champ militaire et universitaire. Ayant effectué mon service national, j’ai bénéficié d’une première acculturation à l’institution militaire, à ses valeurs et à son langage. Celle-ci se complète de connaissances acquises à l’université. Officier de réserve, ancien appelé du 1er régiment étranger (1999-2000), je me suis rapproché du 19e Régiment du Génie (RG) afin de pouvoir proposer un projet de recherche historique sur l’emploi du génie en Afghanistan et de solliciter son soutien. En 2010, le régiment, qui prépare une compagnie pour une projection dans le district de Surobi, manifeste un intérêt pour cette idée. Après quelques échanges entre le professeur Jean-Charles Jauffret du CHERPA (Croyance, Histoire, Espaces, Régulation Politiques et Administratives)[5], laboratoire de recherche de Sciences Po Aix et le colonel Frédéric Richaud du 19e RG, les grandes lignes du projet ainsi que son accompagnement scientifique sont mis en place. Ce doctorat bénéficie d’un encadrement de la part d’un officier d’active docteur en histoire, habilité à diriger les recherches, le lieutenant-colonel Rémy Porte. A ma connaissance, cette configuration est unique et aucune autre recherche en histoire militaire n’a été menée de cette manière. 


Le point clef : la recherche de financement


     Le financement de la recherche s’avère être une question essentielle. Son volume influe forcément sur le calendrier de conduite du projet. Mener sa thèse en trois années peut rapidement devenir une obligation. Le chercheur est placé en situation de grande autonomie pour le meilleur et pour le pire. J’ai de nouveau bénéficié du soutien du 19e RG de Besançon. Cela s’est traduit par l’obtention d’un contrat d’Engagement à Servir dans la Réserve (ESR) auprès du régiment, afin d’y exercer la fonction d’officier traditions et culture d’arme[6]. Ce poste, au cœur de l’institution militaire, m’a permis de suivre la préparation des unités, leur déploiement et leur retour d’Afghanistan. Cette immersion dans le champ d’étude, m’a donné l’opportunité d’observer l’impact des évolutions à l’œuvre dans l’armée de terre, mais aussi les sentiments, les perceptions, les états d’âmes et les réflexions des hommes. Chaque fois que cela a été nécessaire, le régiment a soutenu mes demandes d’enquêtes auprès des autres formations (régiments, école). Ce positionnement a renforcé la légitimité de ce projet de recherche auprès de financeurs comme l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire (IRSEM), qui lui a attribué deux allocations de recherche en 2012 et 2013. D’autres partenaires comme l’école du génie ou le Centre de Doctrine et d’Emploi des Forces (CDEF) participent à l’accompagnement scientifique (ressources de l’école du génie et du bureau culture d’arme) ou au financement du projet (réalisation de synthèses historiques pour le bureau recherche du CDEF). Cette ouverture s’avère bénéfique pour compléter le recueil de sources à la base de la méthode historique. 


Préparer l’après thèse : l’insertion professionnelle


     Même si elles n’apparaissaient pas évidentes de prime abord, des opportunités professionnelles pouvaient découler de ce projet de recherche. Dès le départ, la présence de chercheurs au sein des unités opérationnelles me semble être une plus-value indiscutable pour l’institution militaire pour la collecte de l’expérience combattante. En l’absence de dispositifs consacrés à cela, des perspectives d’insertion professionnelle pouvaient être envisagées. Au sein de l’université, le manque de reconnaissance des études stratégiques et de la guerre en son sein, le caractère pluridisciplinaire de mes travaux et l’obligation de posséder une agrégation en histoire pour postuler à une charge de maître de conférence rendaient plus aléatoire la perspective d’une intégration professionnelle rapide. L’émergence de nouvelles menaces sur le territoire national pourrait à terme contribuer à un regain d’intérêt pour ce champ d’étude. Finalement, quelques années plus tard, avec un master II professionnel complémentaire dans le domaine des "Archives des XXe et XXIe siècles", je me consacre à la mise en oeuvre d'une méthode de collecte, d'archivage et de valorisation de l'expérience combattante. En résumé, l’accès aux terrains et aux ressources financières nécessaires à la réalisation de cette recherche demandent à la fois une implication totale du chercheur, le soutien d’un (ou plusieurs) organisme(s) financeur(s) et celui de l’institution militaire, qui doit renoncer à un quelconque contrôle direct en s’abstenant de toute ingérence dans son déroulement. L’ensemble de ces conditions étant réalisées, le temps est venu de se lancer dans la phase de réalisation du projet de recherche. 


2. « Savoir-faire » : mener à bien sa recherche



     L’entrepreneur de recherche mise sur ses expériences antérieures pour définir son projet de recherche. Cette approche permet d’ouvrir la porte à des combinaisons originales. Il peut choisir sa discipline principale, assumer la pluridisciplinarité, oser des croisements méthodologiques et investir le champ d’étude de son choix indépendamment des pressions éventuelles du directeur de recherche ou du laboratoire. Tous ces éléments constituent autant de moteurs pour réussir une thèse de qualité, même si le doctorant doit faire preuve d’une extrême rigueur méthodologique. Il doit conquérir une légitimité dans le champ universitaire afin de réussir son insertion professionnelle. Il ne doit pas hésiter à soigner sa méthodologie, le recueil de ses sources tout en les critiquant pour en percevoir les limites. Je n’ai pas choisi la facilité pour mon sujet sur l’armée française en Afghanistan. Il s’inscrivait dans le champ disciplinaire de l’histoire immédiate[7] avec une approche méthodologique pluridisciplinaire[8]. Il devait se construire sur des fondations solides pour ne pas être disqualifié par le champ universitaire. Etudier le passé proche obéit aux mêmes impératifs que ceux qui guident la recherche sur des périodes plus éloignées. L’histoire immédiate est solidement ancrée dans la méthode historique, n’en déplaise à ses détracteurs. Certains facteurs lui confèrent une spécificité comme l’existence de témoins des événements décrits[9], les conditions d’accès à certaines sources[10], la particularité de plusieurs d’entre elles[11] et la possible collaboration avec les autres sciences sociales. Il est indispensable d’expliciter ces enjeux méthodologiques.


Schéma de synthèse de la méthodologie de recherche (crédit: auteur) 



La méthodologie : conquérir une légitimité dans le champ universitaire


     Ce travail de recherche se divise en trois temps : l’enquête de terrain, l’analyse des données et la rédaction. J'ai développé quatre axes méthodologiques. Le premier s’appuie sur un large corpus de témoignages oraux, récits de vies enregistrés puis analysés dans le cadre d’une approche qualitative. Les militaires du génie ayant servis en Afghanistan entre 2001 et 2012 constituent ma population-cible ainsi que des « experts » pour bénéficier d’un regard extérieur (autres militaires, universitaires etc.). J'ai recherché une cohérence globale par la multiplication des points de vue et des expériences. La majorité de ces entretiens a été enregistré sur un format numérique de qualité, avec identification des témoins et signature d’une autorisation de dépôt aux archives numériques du Service Historique de la Défense (SHD) au terme des travaux afin de constituer un fonds « Afghanistan ». Leur particularité repose sur leur condition de réalisation. Toujours captée moins de trois mois après le retour des soldats, leur mémoire est encore vive. Chaque collecte de témoignage oral est réalisée sous une forme semi-directive, sur la base d’un questionnaire unique qui n’évolue qu’en fonction des spécificités d’emploi des témoins, de leur grade et de leurs régiments. Les noms des militaires cités dans ce travail sont codés, afin de pouvoir préserver leur anonymat. Mon positionnement de chercheur a consisté à me présenter comme historien et réserviste de l’armée de terre. Cette double appartenance rend cohérente les deux facettes observées par le témoin (enquêteur et militaire) et m'intègre dans deux réalités admises, sinon connues (université et institution militaire). L’image renvoyée est celle d’un civil, chercheur à l’université, qui n’est pas complètement étranger au monde militaire. Je suis une sorte d’hybride : mon statut d’officier permet aux différents interlocuteurs de me situer dans l’institution, celui de chercheur civil permet de dépasser la simple relation hiérarchique[12]. Le contexte militaire s’efface après quelques minutes de conversation, pour laisser la place au récit individuel. J'ai réalisés 22 terrains différents entre le mois d’octobre 2010 et celui de juin 2013. Un corpus de 87 témoignages a été réuni. Il fallait être prêt aussi à réaliser des entretiens d’opportunités avec des témoins tout justes rentrés d’Afghanistan. De Bruxelles à Saint-Christol en passant par Montauban, Paris et Angers, ce travail de recherche m'a amené à réaliser de nombreux voyages même s’il ne nous a pas conduit jusqu’à Kaboul. Nous en reparlerons dans d'autres billets.

     Le deuxième axe s’appuie sur les données recueillies lors des phases d’observation[13] au sein du milieu militaire. Elles sont quotidiennement enregistrées dans un cahier de recherche, qui recense toutes les notes prises lors des échanges informels. Mes fonctions de réserviste auprès du 19e RG et du CDEF m'ont donné l’opportunité d’accéder à d’autres sources communicables (documents officiels, retours d’expériences), mais uniquement disponibles au sein de l’institution militaire. Les archives personnelles détenues par les témoins et transmises au chercheur lors des entretiens sont également précieuses. Il peut s’agir à la fois de photographies, de vidéos numériques, de journaux personnels, de copies de comptes rendus ou de publications réalisées sur le théâtre des opérations. De nouvelles sources numériques apparaissent, comme les vidéos réalisées par de petites caméras portées sur le casque des militaires qui filment le déroulement de l’action. Utilisées par les soldats pour revivre telle ou telle séquence de leur journée, chercher à comprendre l’enchaînement des événements ou plus simplement garder des souvenirs, ces enregistrements placent l’historien face à des immersions brutales dans l’expérience des hommes. Il n’en possède pas toutes les clefs de compréhension et doit être prudent[14]. L’exploitation du document doit être effectuée avec le témoin[15]. D’autres sources traditionnelles de l’histoire militaire, comme les correspondances écrites, se font plus rares et ne sont plus forcément accessibles. L’usage d’Internet, du courriel ou de la vidéoconférence tend à faire progressivement disparaître ces médias traditionnels d’expression des soldats engagés dans des campagnes lointaines. Demeure, par contre, la question du contrôle des informations échangées avec « l’arrière » sur ces nouveaux supports. Elle semble bien transcender le temps et les évolutions techniques. 

     Le troisième axe concerne les données recueillies dans le cadre d’un dispositif de veille d’information réalisé à partir d’outils gratuits, disponibles sur Internet. Contrairement aux idées reçues, l’historien du temps présent est confronté à un volume extrêmement important de sources différentes. Qu’il s’agisse d’écrits ou d’imprimés, de sources iconographiques ou visuelles, elles demandent au chercheur de se pourvoir d’outils intellectuels et techniques d’analyse critique diversifiés[16]. La maîtrise de cette imposante documentation est un véritable enjeu en histoire immédiate. Le quatrième axe s’articule autour de la constitution d’une bibliographie, très fréquemment actualisée. Elle est large et pluridisciplinaire. Les travaux universitaires publiés sur ce sujet ainsi que les actes de colloques, de conférences, de journées d’études, les contributions aux séminaires ou ateliers doctoraux sont pris en compte. Des écrits professionnels internes à l’armée de terre constituent un fonds documentaire original. Le fait de travailler sur un champ de l’histoire immédiate place le chercheur face à la publication régulière d’ouvrages écrits par les témoins des événements, parfois seuls ou aidés d’un journaliste. D’intérêts variables, ils demeurent toutefois des témoignages qu’il convient d’intégrer dans le corpus après en avoir fait la critique. 

Une étape indispensable : la critique des sources et de la méthodologie


     Mes sources peuvent être regroupées en deux grandes catégories : officielles et non-officielles. La première est composée de documents écrits ou numériques produits par des organismes institutionnels, français ou étrangers, politiques, militaires ou diplomatiques. La seconde catégorie regroupe en tout premier lieu des témoignages oraux collectés lors de notre enquête de terrain et des archives privées confiées par les témoins (archives sonores, vidéos, photos, documents écrits collectés ou réalisés par le témoin). Dans cette catégorie s’inscrivent ensuite les récits d’acteurs publiés par divers moyens (éditeurs, presse spécialisée), puis les sources recueillies grâce à la veille d’information sur Internet (médias, blogs spécialisés, sites de recherche universitaire, d’organisations non gouvernementales, de particuliers). Enfin, ma bibliographie de recherche abondante complète mes données. Ce corpus de sources se caractérise, il est vrai, par un déséquilibre entre celles dites officielles et non-officielles, au détriment des premières. Pour veiller à l’équilibre des témoignages collectés lors de l’enquête de terrain, j'ai mis en place un tableau de bord. Les résultats m'ont permis, en temps réel, de faire évoluer sa constitution. 



Exemple de veille qualitative : répartition des entretiens par régiment du génie (crédit : auteur)

Exemple de veille qualitative : répartition des entretiens par groupes de grades (crédit : auteur) 



     Les écueils peuvent être nombreux. L’abondance de sources et leurs trop grandes spécificités sont des dangers pour l’historien. Comme tout champ professionnel, le monde militaire génère son propre langage et a très souvent recours aux abréviations et acronymes de tous types. Face à cet usage immodéré, allant même jusqu’aux anglicismes, le chercheur peut se trouver confronté à des documents inexploitables, car finalement illisibles pour des « non initiés ». La méthode de conduite des entretiens peut susciter des réserves. Parmi les critiques possibles, celle du lien hiérarchique apparent peut être citée. Il a pu, dans certains cas, provoquer une retenue, un contrôle de la parole allant jusqu’à produire un discours assez conventionnel. L’enregistreur, indispensable pour la constitution de fonds, a pu inhiber la parole. J'ai essayé de traiter la question du foisonnement des sources par un recueil méthodique et un classement de ces dernières, sans oublier qu’elles devaient être systématiquement triées, critiquées et hiérarchisées. Une culture militaire relativement précise (stratégique, tactique, connaissance des institutions) doit être acquise en amont de la recherche. L’acquisition rapide du langage spécifique est aussi très importante. Concernant les entretiens, l’atténuation du lien hiérarchique est recherchée lors de la présentation de l’objectif du recueil de témoignages. Cette courte introduction doit se faire dans un langage simple et accessible[17]. Elle se double aussi d’une loyauté indispensable vis-à-vis des témoins. La faible distance avec l’événement vécu ne m'a pas posé de problèmes. Au contraire, j'ai capté une mémoire brute, encore plongée dans les problématiques du terrain, sans que commence à s’opérer en profondeur le travail de réinterprétation de l’expérience vécue. L’ensemble de ce travail m'a permis de constituer des fonds originaux, divers dans leurs formes et permettant de capter l’expérience combattante des hommes et femmes du génie en Afghanistan. 



     Après avoir réalisé les phases d’enquête de terrain et de synthèse des éléments recueillis, débute celle de la rédaction finale de la thèse. Ce temps court – 7 mois en ce qui concerne nos travaux – doit être uniquement consacré à cela. Des ressources financières spécifiques sont à réserver pour cette période. Avec l’approche de la date de la soutenance, se pose rapidement la question de « l’après-thèse », de la valorisation et de la promotion des travaux. 


Un chercheur embarqué dans son terrain d'étude (crédit: 19e RG)


3. « Faire-savoir » : valoriser ses travaux et les promouvoir


     Durant cette dernière étape du projet de recherche, il s’agit de définir une stratégie de communication de ses résultats permettant d’acquérir un capital spécifique favorisant une reconnaissance dans le champ universitaire et professionnel. Les finalités poursuivies sont de se positionner comme le spécialiste de la question étudiée tout en ouvrant ses recherches à une dimension plus large. Cela peut se traduire par l’élaboration d’une stratégie pour investir l’espace médiatique. Les outils de cette valorisation sont de plusieurs types. Il y a tout d’abord les publications, les colloques universitaires[18] et les conférences. Ils peuvent commencer à s’envisager dès la fin de la première année de thèse. En fonction des impératifs de temps à consacrer à la recherche, à son avancée et à l’existence d’éventuelles activités vivrières permettant de boucler les fins de mois difficiles, il est nécessaire de se poser une nouvelle série de questions. Quand est-il opportun de commencer à publier ou communiquer ? Avons-nous des choses à partager ? Si oui, quels revues ou colloques devons-nous cibler en fonction des bénéfices à en attendre ? Il faut définir une véritable stratégie de communication. Une fois la soutenance passée, l’identification et la soumission de candidature à divers prix de thèse est un élément important. Ce sont des vecteurs d’accélération de la notoriété qui peuvent permettre de trouver, par exemple, un éditeur pour ses travaux. Enfin, les derniers outils de promotion du chercheur sont les instances de validation par les pairs (comme la commission nationale universitaire) et les éventuels concours permettant d’asseoir une légitimité (comme l’agrégation en histoire géographie). Tous ces éléments doivent faire l’objet d’une anticipation en amont. 


Schéma de stratégie de valorisation de la recherche entre 2010 et 2016 (crédit: auteur)


Définir une stratégie de promotion et de valorisation de ses travaux



     Pour mon travail de recherche, j'ai choisi délibérément de réserver l’essentiel des publications, organisations d’événements, etc. pour l’après thèse. Mes finances exigeant une réalisation en trois années de notre doctorat, il s’est avéré indispensable de ne pas trop se disperser. Après la soutenance du 29 janvier 2014[19], je suis alors rentré dans une phase active de valorisation des travaux. Il fallait préparer le dossier pour pouvoir prétendre à une qualification à la fonction de maître de conférences en histoire. Pour autant, il ne s’agissait pas de publier à tout prix. Les revues ciblées étaient en priorité celles à comité de lecture, qui ont une forte légitimité universitaire. La participation ou l’organisation de colloques répondaient aux mêmes impératifs. Les deux prix nationaux obtenus (prix d’histoire militaire 2014 et lettre de félicitations dans le cadre du prix de l’IHEDN 2014-2015) ont permis d’accélérer la phase de publication de la thèse, étape fondamentale dans la reconnaissance des travaux du jeune chercheur. Deux années se sont écoulées entre la soutenance et la publication le 19 mai 2016 chez CNRS éditions. Le tableau de synthèse ci-après permet de mieux cerner les pointes d’efforts durant la phase de réalisation de la thèse et de l’après thèse. 



Répartition par année des publications et activités liées à la recherche (crédit: auteur)










     
     Entre 2011 et 2013, l’essentiel de l’effort de communication externe porte sur la participation aux séminaires de recherche (laboratoire et IRSEM). Le risque principal auquel est confronté l’entrepreneur de recherche est celui de l’isolement. Il est capital de pouvoir conserver un pied à l’université pour bénéficier d’un accompagnement méthodologique mais aussi constituer un réseau de chercheurs, qui permettront par la suite de réaliser de nombreux projets. La thèse demeure une aventure collective. Hormis une publication dans la Revue Historique des Armées (RHA) en 2012, l’essentiel des articles écrits entre 2011 et 2013 sont des recensions (au nombre de 7). Elles permettent à la fois de tirer bénéfice de mes lectures, de valider des publications tout en travaillant l’écriture et le style. La participation aux séminaires des jeunes chercheurs de l’IRSEM m'a offert l’opportunité d’organiser une journée d’étude en 2013. J'ai participé à deux colloques organisés par mon laboratoire et par l’IRSEM. Les quelques activités de valorisation de la recherche ont permis de réaliser des interventions au profit de mes partenaires (comme les régiments par exemple) pour leur fournir un retour. Il est important d’asseoir une légitimité dans le champ expertisé. Entre 2014 et 2016, l’effort principal de publications et de rayonnement est porté pour renforcer la notoriété et la légitimité de nos travaux. Cet effort (encore en cours) se traduit en 2016 par deux publications de livres et trois contributions à des publications collectives, entre autres. Afin de préserver un ancrage universitaire dans cette période intense mais délicate, j'ai sollicité une association avec plusieurs laboratoire scientifiques. J'élargis  encore mon sujet pour préparer un jour une habilitation à diriger les recherches. Les conditions d’accès aux ressources financières deviennent de nouveau capitales pour pouvoir poursuivre cet effort. Pour structurer mes activités, j'ai créé une auto entreprise de recherche en histoire permettant d’héberger une partie de mes activités rémunératrices. L’entrepreneur de recherche doit alors s’organiser pour tenir dans le temps afin de pouvoir concrétiser une opportunité professionnelle. 

Les limites de la posture « d’entrepreneur de recherche »



     La démarche « d’entrepreneur de recherche » est une formatrice, car elle force à maîtriser en profondeur toutes les dimensions de la conduite du projet. C’est un puissant vecteur d’innovation et de renouvellement des approches de la recherche, par l’ouverture vers des profils singuliers. Malgré tous ses mérites, elle ne garantit pas une insertion professionnelle optimale dans le système universitaire actuel qui favorise les étudiants en parcours initiaux. La crise de la recherche et les difficultés de financement des universités compliquent les recrutements. Ce constat se double d’une autre crise budgétaire au sein du ministère de la Défense, mais aussi plus généralement d’une absence de prise en compte des études stratégiques et de la guerre, non reconnues comme discipline à part entière. En histoire, le concours de l’agrégation demeure une étape indispensable pour attester des aptitudes à l’enseignement de haut niveau, même s’il ne garantit pas pour autant un poste au sein de l’université. Pour un étudiant en reprise d’études, souvent à charge de famille, cette étape est souvent rédhibitoire car hors de portée. Ces constats plaident pour une réforme du doctorat, qui garderait le système des trois ans tout en intégrant une préparation aux enseignements de haute volée dans le parcours de formation. L’objectif serait de mettre les étudiants en parcours initiaux et ceux en reprise d’étude sur un pied d’égalité afin de mieux diversifier les recrutements. Il est évident que la rapidité de l’insertion professionnelle dépend de la résidence (ou non) à Paris. Cette centralisation de la recherche, la domination de réseaux implantés localement qui en découle, doivent être remis en question. L’enjeu est simple. Il s’agit de préserver le dynamisme et le renouvellement de la recherche en France et de limiter l’exode de jeunes chercheurs qui contribueront à la renommée des universités étrangères et souvent en langue anglaise. 

Conclusion


     En embrassant l’intégralité des dimensions de son projet, l’entrepreneur de recherche met à profit l’intégralité de son temps d’étude pour se former à de multiples aspects de son futur travail. Il illustre parfaitement le propos de Saint Grégoire de Nysse: « le gain de la recherche est la recherche elle-même ». Le plus important n’est peut être pas ce que j'ai trouvé (ou non) à la fin du doctorat mais le chemin réalisé pour le mener à bien. La recherche, envisagée avec honnêteté, est un formidable outil de connaissance de soi. C’est sans doute le principal gain à retenir de cette démarche « d’entrepreneur de recherche ».


[Texte rédigé entre 2015 et 2016]




[1]. LAFAYE Christophe, Le III/13ème DBLE de Septembre 1953 à mars 1954: la disparition d’un bataillon d’élite, Mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine réalisé sous la direction de Sylvie Guillaume, Université de Bordeaux III, juin 1998.
[2]. LAFAYE Christophe, Le 5e Régiment étranger. Historique du régiment du Tonkin 1883-1946. Tome 1, Aubagne, Editions Lavauzelle, septembre 2000, 128 p.
[3]. Parmi les thèses récentes, nous pouvons citer : CADEAU Ivan (capitaine), L'Action du Génie pendant la guerre d'Indochine (1945-1956): une action entravée par le manque de moyens et une méconnaissance de l'arme, Thèse de doctorat, sous la direction de Jacques Frémeaux,  Université Paris IV-Sorbonne, Paris, 2010, 548 p ou encore DEFRETIN Jacques (général), Le rôle du génie pendant la bataille de Verdun (février 1916-août 1917), thèse de doctorat, sous la direction de François Cochet, Université de Lorraine, 2014.
[4]. BEAUD Stéphane, WEBER Florence, Guide de l’enquête de terrain, Paris, Guides Repères, Edition la Découverte, 1998, p 51.
[5]. Equipe d’accueil n°4261.
[6]. Durant 120 jours par an pendant trois ans.
[7] A ce propos : SOULET Jean-François, L'histoire immédiate: historiographie, sources et méthodes, Paris, Armand Colin, 2010.
[8]. Entre histoire, sociologie et anthropologie.
[9].Les principaux acteurs de cette histoire sont vivants et toujours en activité. Cet aspect ne va pas sans poser de difficultés particulières pour l’interprétation des faits, ni de problèmes pour l’utilisation des témoignages. La confidentialité, en particulier, n’est pas toujours aisée à garantir.
[10]. Par exemple, les Journaux de Marche et des Opérations (JMO) des unités, si utiles pour poser un cadre chronologique, ne sont pas disponibles à la consultation.
[11]. Comment s’analyse, par exemple, une vidéo brute (un rush) d’une « caméra-casque » d’un soldat engagé au cœur de l’action ? Est-ce une source historique pertinente ? Quel est aujourd’hui son statut ?
[12]. Des officiers d’état-major n’ont pas hésité à nous présenter dans le détail certains plans d’opérations avec le contexte politique, l’idée de manœuvre, l’effet majeur … ce qu’ils ne font pas habituellement pour un jeune officier de leur régiment. Chez les sapeurs, une rencontre préalable à la popote compagnie ou la recommandation d’un camarade permettait de faire tomber l’appréhension de se trouver face à un officier qui pose des questions. Il fallait bien se positionner comme historien.
[13].    Nous préférons le concept d’observation à celui d’observation participante car notre fonction ne nous a pas amené à nous rendre sur le terrain aux côtés des troupes du génie. Le concept d’immersion, au sens de la méthode d’enquête journalistique, n’est pas complètement adapté non plus car nous n’avons à aucun moment caché notre double identité de chercheur et de réserviste.
[14]. Un rush vidéo reste une source parmi d’autres qui doit être critiqué.
[15]. Lors du dépôt d’archives privées sous forme de films vidéos, il faut prévoir nécessairement un temps d’analyse et de prise de note avec le témoin sous peine que ces documents soient inexploitables.
[16]. Comme la connaissance des structures qui produisent ces documents, leur positionnement et leurs discours. Il est nécessaire aussi de disposer de quelques connaissances techniques. Tel cadrage de photographie ou telle construction chronologique appuyée par un ensemble de plans précis dans un reportage vidéo, vont suggérer à l’œil un sens caché, un parti pris, qu’il convient de mettre en lumière.
[17]. A l’image du travail fourni pour adapter ses questions à la fonction de l’individu, il faut aussi faire attention à  adapter le niveau de langage.
[18]. Comme participant ou organisateur.
[19] Soutenance à l’école militaire à Paris. Le jury était composé du professeur Jean-Charles Jauffret (président), du professeur François Cochet (rapporteur), du professeur Olivier Forcade (rapporteur), du lieutenant-colonel Rémy Porte (directeur de thèse) et du général de corps d’armée (2S) Jean-Louis Georgelin.